La proventriculite

La proventriculite

La Proventriculite

Un proventricule est une structure anatomique de l'appareil digestif en forme de poche située avant l'estomac ou chez l'oiseau dans la partie amont du gésier, il est nécessaire à la bonne digestion.

 

proventricule-1.jpg

 Le proventricule est un élément habituel de l'anatomie aviaire dans laquelle il joue une fonction glandulaire essentielle, consistant à stocker des aliments, mais surtout à préparer la digestion avant le gésier où ils seront broyés. C'est l'endroit où les enzymes digestives et certains sucs acides imbibent la nourriture pour constituer le bol alimentaire avant son passage dans le gésier.

 

La maladie du proventricule ou Mégabactériose

Déjà décrite de façon précise en 1984 par Van Herk, la maladie du proventricule ou « proventricular ventricular disease » a longtemps généré de nombreuses interrogations quant à son agent étiologique et à son rôle pathogène. Son incidence reste encore mal connue de nos jours. Les canaris et les perruches ondulées semblent les plus touchés, une étude réalisée par Marlier entre 1999 et 2004 portant sur 178 canaris autopsiés a mis en évidence la présence de la mégabactérie chez 28 % des canaris, 22 % des perruches et 0 % des perroquets.

Ce pourcentage est en augmentation: l'incidence de la mégabactériose comme cause suspectée de mortalité est passée par exemple chez le canari de 10,8 % seulement en 1999-2000 à 55,1 % en 2003-2004, sans qu'aucune explication n'ait pu être trouvée car les conditions globales de commercialisation, d'exposition et d'élevage des canaris sont restées identiques. Elle est désormais classée dans les maladies potentiellement émergentes.

 

Etiologie

Ces organismes de très grande taille (20 à 40 micromètres de long, 2 à 4 micromètre de large), en forme de bâtonnet, gram positif, PAS positif et acidophiles ont d'abord été baptisés mégabactérie avant que très récemment Tomaszewski confirme qu'il s'agissait bien d'une levure.

L'hypothèse avait été émise car l'amphotéricine B donnait des améliorations cliniques. L'agent pathogène a été rebaptisé levure gastrique aviaire (ou « avian gastrique yeast »), la dernière nomination en cours étant celle de Macrorhabdus ornithogaster. Il a été classé dans les levures anamorphiques ascomycètes.

Ce germe se développe à la surface de la muqueuse du ventricule des oiseaux.

Ce micro-organisme a été rencontré aussi chez les volailles et certains mammifères dont les chats et les chiens mais au niveau respiratoire. Il ne s'agit pas d'une zoonose.

 

Symptômes

De nombreux oiseaux semblent porteurs sans extérioriser la maladie. Le mode de transmission reste inconnu même si la voie oro-fécale semble la plus probable. Des prédispositions génétiques pourraient être en cause. Son rôle pathogène reste ambigu à l'heure actuelle car de nombreux oiseaux peuvent excréter le germe sans développer de symptômes.

La pathogénicité varie en fonction de l'âge, du statut nutritionnel et immunitaire et d'éventuelles infections concomitantes (Trichomonas sp., Candida sp. par exemple).Une baisse de l'état général, le stress, la consanguinité, un mauvais état d'entretien sont autant de facteurs favorisants.

- Forme aiguë

L'oiseau « en boule », est brutalement abattu, faible et présente des régurgitations fréquentes (plus ou moins teintées de sang) souillant les plumes de la poitrine et les commissures du bec.

Des selles noirâtres sont émises (sang digéré) et l'animal meurt en moins de 24 heures.

- Forme chronique

Elle est plus spécialement observée chez les canaris jeunes âgés de moins d'un an et les adultes en fin de la période de reproduction. Les animaux présentent un plumage ébouriffé et un amaigrissement progressif (« going light ») particulièrement visible au niveau de la musculature pectorale. Les animaux cherchent à manger fréquemment mais en fait, consomment très peu car ils laissent retomber la plus grande partie de la nourriture par terre. Des régurgitations ou des efforts improductifs de régurgitation sont associés à des mouvements de torsion du cou et à des secousses de la tête. Les selles sont très molles, noirâtres et contiennent souvent des graines non digérées. La maladie évolue sur quelques semaines ou mois, vers la mort dans la majorité des cas, quelques rares oiseaux pouvant présenter une lente récupération. Ces symptômes ne sont pas spécifiques, ils traduisent une atteinte digestive. Peu avant la mort, l'oiseau présente des troubles respiratoires et circulatoires entraînant un bleuissement du bec dans 23,8 % des cas.

Des symptômes nerveux ont été également rapportés: convulsions, ataxie, amaurose et parésie des postérieurs.

 

Lésions

- Lésions macroscopiques

Les animaux atteints sont cachectiques dans 37 % des cas. Une dilatation très importante du jabot, jusqu'à trois fois son volume est décrite dans 86 % des cas. On observera un film muqueux épais blanc-jaunâtre sur la muqueuse du proventricule qui présente des ulcérations (éventuellement perforantes) et des pétéchies en particulier au niveau de la zone de l'isthme (jonction des deux estomacs) dans 32 % des cas.

Le pH du proventricule est très élevé: normalement de 1 à 3, il passe à 7. En l'absence d'acide chlorhydrique sécrété au niveau de cet organe, le revêtement chitineux tapissant la face interne de gésier ne se renouvelle pas et prend un aspect ramolli et une teinte brunâtre. Le germe apparaît sensible à l'acidité gastrique.

Une entérite aiguë est associée dans 35 % des cas avec la présence de grains non digérés.

Des foyers de nécrose hépatiques et spléniques peuvent être trouvés.

- Lésions microscopiques

On note une inflammation proliférative du proventricule et une infiltration de la lamina propria par des cellules inflammatoires (lymphocytes en particulier).

La levure s'observe essentiellement au niveau des glandes tapissant la muqueuse de l'isthme et dans la portion proximale du ventricule. La sévérité de l'inflammation est en rapport direct avec le nombre de germes.

Les microorganismes sont légèrement éosinophiliques.

Des surinfections bactériennes pulmonaires, hépatiques et rénales à Staphylococcus aureus sont des découvertes classiques.

 

Diagnostic

Il repose sur l'association d'un tableau clinique (diminution de poids et de forme, régurgitations, difficultés à avaler...) et d'une éventuelle radiographie de l'animal mettant en évidence la dilatation du proventricule, un ralentissement du transit et une zone de rétraction entre le proventricule et le ventricule.

L'examen des selles sur 5 jours de suite étalées en couche mince sur une lame au grossissement 40 permet la mise en évidence de la levure. Une coloration de gram peut être utilisée mais la visualisation du microorganisme est plutôt plus facile sans coloration. Des débris végétaux et des artéfacts peuvent être à l'origine d'erreur de diagnostique. On peut aussi rechercher la levure sur des raclages de muqueuse de jabot. L'ajout d'une goutte de Lugol sur la lame peut améliorer la visualisation car il est absorbé par Macrorhabdus ornithogaster.

On ne retrouvera pas toujours des levures chez tous les animaux malades, des examens coprologiques négatifs ne sont pas toujours le signe d'une guérison de l'animal.

A l'heure actuelle, les tentatives de mise en culture sur les milieux classiquement employés pour la recherche de bactéries et de champignons ont échoué. L'examen hématologique permet la mise en évidence d'une anémie et d'une leucocytose.

La mise en évidence du germe post mortem se fait sur des raclages de muqueuse ventriculaire et proventriculaire ou sur des prélèvements de muqueuse fixés dans du formol (zone de l'isthme à privilégier). Quelques levures peuvent être retrouvées au niveau du gésier, en particulier dans la zone proximale, le nombre de germes chutant brutalement au fur et à mesure que l'on s'éloigne de l'isthme.

Les organismes sont présents en grand nombre, organisés en « palissade », sur la surface de la muqueuse, jusque dans les glandes de la lamina propria dans les cas les plus sévères.

Le diagnostic différentiel devra se faire avec les candidoses digestives, les coccidioses, les salmonelloses et les yersinioses. Les germes peuvent cohabiter.

 

Traitement

- L'amphotéricine B (Fungizone ND) donne des résultats satisfaisants mais des phénomènes de résistance et de récidive sont constatés. Pour Phalen, seule l'administration de ce produit en gavage (100 mg/Kg de poids vif 2 fois par jour) pendant 30 jours serait active. Au long court, le produit présente des risques de toxicité rénale. Les posologies recommandées sont très variables selon les auteurs: de 5 à 100 mg/Kg ... 2 fois par jour.

- Le fluconazole (Triflucan ND) à dose élevée (5 à 15 mg/Kg per os toutes les 12 heures ou 50 ml par litre d'eau de boisson) pendant un mois minimum semble efficace mais sa toxicité chez les perruches a été mise en évidence.

- Un cas de guérison avec un traitement à la nystatine a été décrit par Scullion F.T. et Scullion M.G... Le canari a reçu 0,1 ml de nystatine (Mycostatine ND en suspension de 100 000 U.I./ ml) par jour une fois par jour pendant une semaine. Un contrôle des selles journalier a mis en évidence un assainissement de celles-ci en 4 jours et l'auteur a constaté une amélioration de la clinique avec reprise de poids de l'individu traité très rapide. La dose empirique est de 100 000 à 300 000 U.I. /Kg en 2 à 3 prises par jour. Cette molécule ne passant pas les épithéliums, elle doit nécessairement se trouver en contact avec les levures pour être efficace. D'autres études ont confirmé l'efficacité de ce traitement.

- La nystatine peut être associée à l'amphotéricine B chez les oiseaux très atteints.

- Le kétoconazole, l'itraconazole et la terbinafine ont été testés chez les passereaux sans résultat probant.

- La dompéridone à la dose de 1 à 3 mg/Kg peut être utilisée.

- Un régulateur de la flore digestive (Océproven ND) parait exercer un effet complémentaire favorable ainsi qu'une alimentation hautement digestible en association avec des vitamines et des acides aminés essentiels.

- Tout traitement ne pourra être efficace que s'il est associé à un nettoyage intensif et une désinfection des locaux. A l'heure actuelle, on ne sait pas précisément quels sont les désinfectants actifs, ce qui rend aléatoire l'assainissement de l'élevage.

 

Traitement préventif

Le vinaigre de pomme est utilisé surtout préventivement pour la maintenance et la régularisation de l'acidité naturelle dans le système digestif de nos oiseaux. Il assure et entretient une flore intestinale adéquate.

C'est l'acide acétique contenu dans le vinaigre de pomme qui contribue à cette régulation. La concentration en acide acétique contenue dans le vinaigre de pomme se titre en pourcentage ou en degré. Ces deux unités de contrôle sont semblables et s'échelonnent l'une et l'autre de 0 à 100.

Le vinaigre de pomme à 5° (ou %) se trouve dans les animaleries spécialisées, mais plus simplement encore dans la plupart des grandes surfaces aux rayons "alimentation". Il peut être administré dans l'eau de boisson tout au long de l'année à la cadence d'une à deux fois par semaine à raison d'une cuillère à soupe par litre d'eau. Soit 15ml de vinaigre de pomme par litre d'eau. Certains éleveurs en donnent tous les jours en période d'élevage.

 

Source :

THESE de DOCTORAT VETERINAIRE par

Cécile, Sophie, Marie ROBERT épouse LOIZON

Santé - Mégabactériose, la maladie du proventricule

Article rédigé le : 22/04/2012 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site