L'alimentation des oiseaux

valeurs nutritives des graines

Les graines sèches constituent la base des oiseaux granivores. On peut également leur servir de temps en temps des graines germées particulièrement riches en vitamines. Les fruits et légumes sont également essentiels à leur alimentation pour leur apport en vitamines.

 germe-1.jpg germees-2.jpg imgres.jpg

 La Pâtée d’élevage: On peut préparer soi-même la pâtée d’élevage et la conserver quelques jours dans le réfrigérateur ou la congeler. Ce mélange est fait avec du quarte-quart. On y ajoute de la poudre d'amandes ou des amandes effilées et de l'A21 ou de l'A19, et du calcium selon d'époque. Des coquilles d’huîtres broyées peuvent ausi apporter du calcium, nécessaire à la formation de la coquille d’œuf. 

 Mélange de graines

 melange.jpg

Voici un bon mélange pour les Pyrrhuras par exemple:

 Alpiste 40 %

 Millet blanc 20 %

 

Millet jaune 20 %

Avoine pelée 5 %

Tournesol strié 5 %

Cardy 5 %

Sarrasin 2.5 %

Chènevis 2.5 %

 

 La valeur nutritive des graines sèches: 

 La plupart des oiseaux consomment essentiellement des graines. Leur bec est parfaitement adapté pour peler des graines assez dures. En composant un mélange, il faut en tenir compte.

 Les valeurs moyennes d’humidité, protéines brutes, lipides, glucides et cellulose brute sont indiquées pour chaque sorte. Ceci peut être utile lorsque vous voulez adapter la nourriture pour quelque raison que ce soit (par exemple fournir plus de protéines pendant la période de mue).

 Si vous décidez de composer vous-même un mélange, il est également intéressant de connaître les valeurs en calcium (Ca) et en phosphore (P).

 

1.      SARRASIN

 sarrazin1.jpg  sarrazin2.jpg

Le sarrasin est originaire d’Asie. C’est une plante riche en amidon. Pendant la floraison, le sarrasin diffuse une odeur agréable et est visité assidûment par les abeilles. Les graines de sarrasin sont triangulaires et de couleur gris brun. Les oiseaux les consomment facilement.

Valeurs moyennes :

Humidité :                    15.10 %

Protéines brutes :         11.50 %

Lipides :                         2.40 %

Glucides :                     57.80 %

Cellulose :                    10.80 %

Calcium :                       0.04 %

Phosphore :                   0.30 %

On peut constater que le sarrasin est pauvre en lipides.

 

2.     MILLET

 Il y a une différence notable entre les sortes de millet : millet du Sénégal, millet en grappe, millet blanc, millet jaune, millet rouge… Mais il n’y a pour ainsi dire pas de différence dans les valeurs nutritives.

millet1.jpg  millet2.jpg  millet3.jpg

Valeurs moyennes :

 

Humidité :                    12.70 %

Protéines brutes :         11.10 %

Lipides :                         3.70 %

Glucides :                     59.80 %

Cellulose :                      8.90 %

Calcium :                       0.03 %

Phosphore :                   0.32 %

On constate que le millet est pauvre en lipides et riche en glucides.

 

3.     AVOINE

 L’avoine brute est blanc jaunâtre et est assez riche en balle, parfois jusqu’à 30 %.

 L’avoine est facilement consommé  par les oiseaux et servi aux jeunes. Toutefois, il ne faut pas en donner trop.

 

 avoine1.jpg  avoine2.jpg

Valeurs moyennes :      Avoine brute                Avoine pelée

Humidité :                    11.40 %                      10.60 %

Protéines brutes :         10.40 %                      13.90 %

Lipides :                         4.90 %                        8.00 %

Glucides :                     59.70 %                      64.20 %

Cellulose :                    10.40 %                        1.50 %

Calcium :                       0.09 %                        0.09 %

Phosphore :                   0.33 %                        0.41 %

Beaucoup d’éleveurs donnent de l’avoine trempée. On le met à tremper pendant maximum 12 heures en changeant l’eau régulièrement, surtout par temps chaud. L’avoine trempée peut être servie tout de suite, mais elle germera au bout de 48 heures. Les perruches ondulées raffolent d’avoine germée. Une cuillère à soupe rase est une portion correcte pour un couple. S’ils ont des jeunes, on peut doubler la quantité.

 

4.     CHENEVIS

 Le chènevis provient d’une plante annuelle qui fleurit en juillet et août. Dans beaucoup de pays, (entre autres les Pays-Bas), elle ne peut être cultivée.

 Le chènevis est compté parmi les graines riches en lipides. On suppose qu’il favorise l’accouplement, ceci est également le cas pour l’avoine.

 

Si l’on donne trop de chènevis aux oiseaux, on peut avoir une ponte prématurée. Il peut même arriver qu’une femelle avec des oisillons de – par exemple – 15 jours au nid, se remet à pondre et arrête de nourrir les petits !

 chenevis.jpg

Valeurs moyennes :

Humidité :                      8.70 %

Protéines brutes :         19.50 %

Lipides :                       32.10 %

Glucides :                     18.00 %

Cellulose :                    16.90 %

Calcium :                       0.81 %

Phosphore :                   0.76 %

 

 5.     NIGER

 Le niger est essentiellement cultivé en Inde et en Ethiopie. La floraison de cette plante ressemble à celle du chardon. Il est riche en lipides et est généralement bien consommé par les oiseaux. Il contient également beaucoup de calcium, phosphore et manganèse.

  niger.jpg

 

Valeurs moyennes :

Humidité :                      6.60 %

Protéines brutes :         20.70 %

Lipides :                       42.20 %

Glucides :                     13.10 %

Cellulose :                    13.50 %

Calcium :                       0.43 %

Phosphore :                   0.65 %

 

6.     PADDY

 Le paddy ou riz complet est la principale nourriture pour la moitié de la population mondiale. Il est surtout cultivé en Asie et en Amérique.

 On remarque tout de suite que le paddy est pauvre en lipides, mais riche en glucides.

 

 paddy1.jpg  pady2.jpg

Valeurs moyennes :

Humidité :                    11.60 %

Protéines brutes :           7.10 %

Lipides :                         2.10 %

Glucides :                     64.10 %

Cellulose :                    10.00 %

Calcium :                       0.06 %

Phosphore :                   0.21 %

 

7.     ALPISTE

  L’alpiste est cultivé dans différents pays. Les plus importants sont les Etats-Unis, Argentine, Canada, le sud de l’Europe, Espagne, Hongrie et Maroc. Selon la provenance, l’alpiste aura des graines fines ou grosses, ternes ou luisantes, avec des fibres fines ou plus grosses. L’alpiste est riche en glucides et possède donc une teneur élevée en amidon.

 alpiste1.jpg  alpiste2.jpg

Valeurs moyennes :

Humidité :                    12.80 %

Protéines brutes :         15.10 %

Lipides :                         6.10 %

Glucides :                     56.00 %

Cellulose :                      5.30 %

Calcium :                       0.05 %

Phosphore :                   0.55 %

 

8.     TOURNESOL

 Nous connaissons du tournesol de différentes couleurs. Il existe du tournesol blanc, strié gris et noir. Le tournesol blanc vient généralement du Kenya et d’Egypte. Le rayé vient entre autre d’Argentine, Canada, Hongrie et Chine. Les Etats-Unis cultivent le noir. On ne doit jamais utiliser le tournesol comme aliment principal. Il est riche en lipides.

t-noir.jpg   tournesol-strie.jpg  tournesol-strie-1.jpg

Valeurs moyennes :

Humidité :                      7.8 %

Protéines brutes :         14.90 %

Lipides :                       29.80 %

Glucides :                     17.50 %

Cellulose :                    26.90 %

Calcium :                       0.18 %

Phosphore :                   0.45 %

 

9.     CARDI

 Afin de compléter, je traiterai du cardi car on le trouve parfois dans les mélanges de graines pour oiseaux.

  cardi.jpg

 

Valeurs moyennes :

Humidité :                      7.20 %

Protéines brutes :         14.30 %

Lipides :                       27.80 %

Glucides :                     16.50 %

Cellulose :                    31.20 %

Calcium :                       -

Phosphore :                   -

Comme le tournesol, le cardy est riche en lipides, mais le calcium et phosphore sont manquants.

  

10.   LIN

 Le lin a une action bénéfique sur le plumage. Pendant la mue, il est important d’en fournir aux oiseaux. Il est riche en lipides et est ajouté ponctuellement au mélange, selon la saison, par les fabricants.

  lin.jpg

 

Valeurs moyennes :

Humidité :                      9.40 %

Protéines brutes :         21.50 %

Lipides :                       34.20 %

Glucides :                     22.30 %

Cellulose :                      7.30 %

Calcium :                       0.23 %

Phosphore :                   0.66 %

 

  

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site